Le saviez-vous ?

Les premiers colliers datent de milliers d’années avant notre ère ! Dès la nuit des temps, les bijoux ont été porté par l’Homme.

On retrouve des traces de bijoux dès le Néandertal, soit près de 130 000 ans avant notre ère (source : L’express, du 23/03/15). Il s’agissait de serres, modelées pour servir de collier ou de bracelet.

C’est lors de l’antiquité que l’Homme commence à utiliser les métaux, et notamment le travail de l’or. Les techniques d’orfèvrerie vont alors se développer dans le bassin méditerranéen.

C’est cependant en Egypte que les techniques de joaillerie vont grandement évoluer, notamment sur l’esthétique. Le bijou devient alors la pièce esthétique de la parure vestimentaire.

En Europe, se sont les Celtes qui seront les premiers reconnus dans ce domaine.

Jusqu’à la Renaissance, les bijoux seront surtout ornés de motifs religieux, avec une iconographie très riche. Les motifs profanes tireront leur inspiration dans la nature, et serviront d’ornements.

C’est au XVIII ème siècle que la joaillerie triomphe, avec la découverte des mines dans le nouveau monde (Amérique du Sud). Et c’est l’invention du strass, qui va permettre d’ouvrir à une nouvelle clientèle, moins fortunée, l’accès au bijou.

Au XIXème siècle, commence à apparaître des parures. La mode est au retour à la référence antique, et les joailliers redécouvrent les techniques telles que l’émail.
La découverte de mines de diamant au Cap en Afrique du Sud apporte une quantité de diamants sur le marché. La joaillerie n’est plus exclusive aux plus fortunés. On distinguera dès lors la joaillerie (bijoux du soir) et bijouterie (bijoux du jour).

C’est à partir de 1960 que le bijou se révolutionne. A l’étranger plus qu’en France, on cherche à dépasser l’idée que le bijoux est un signe de richesse.

Vont se différencier dorénavant 3 secteurs :
la joaillerie : des pièces en série limitées, fabriquées avec des métaux précieux
la bijouterie artisanale : pièces en séries limitées ou uniques
la bijouterie fantaisie : qui utilise des matériaux innovants, fabriquant des pièces en petites séries.

Cet article est terminé, j’espère que vous l’aurez apprécié.

Je me suis appuyée sur plusieurs sources :
L’article de l’Express tout d’abord
Le site du Musée des Arts décoratif avec son dossier thématique

Sources photographiques :
Bijoux Egyptien issu de la tombe de Toutânkhamon (musée du Caire, Egypte)
Portrait d’Eléonore d’Autriche peint par Joos Van Cleve (source, Royal Collection Trust)
Parure empire en citrine (source Musée nationnal des châteaux de Malmaisons et Bois-Préau)